Tabac : quels sont les traitements autorisés pour les adolescents ?

lionel Le tabac et les adolescents Poster un commentaire  

Certains substituts nicotiniques sont indiqués chez les jeunes qui sont physiquement dépendants du tabac à partir de l’âge de 15 ans, les autres sont indiqués uniquement chez les adultes. Il convient de demander conseil à son médecin et/ou son pharmacien qui connaissent les indications des différent produits.

Les médicaments tels que le bupropion LP et la varénicline sont indiqués uniquement chez l’adulte et sur prescription médicale.


Comment parler du tabac ?

lionel Le tabac et les adolescents Poster un commentaire  

Bien loin d' »interdire pour interdire », il s’agit avant tout de dialoguer avec ses enfants : l’autorité, dans ce domaine, doit surtout s’exercer dans le dialogue. C’est pourquoi il est important d’instaurer un climat de confiance qui permette d’aborder les sujets qui préoccupent les jeunes. Ces derniers se sentiront ainsi plus à l’aise pour poser librement des questions et seront sans doute plus réceptifs à d’éventuels conseils (sur le tabac mais aussi sur leur scolarité, le sport, leurs relations amicales ou amoureuses…). Même si les adolescents manifestent parfois une volonté de s’opposer à l’autorité ou au discours moral, ils ont besoin de repères afin de pouvoir orienter leurs choix. Grâce au dialogue, l’adolescent peut comprendre les dangers liés à certaines situations, comportements « expériences », même s’il ne les a pas encore vécus lui-même. Il est important de ne pas minimiser ses difficultés et de saisir les occasions de le féliciter ou de l’encourager sur ses choix. Et au-delà des informations qu’on peut lui donner sur le tabac, il s’agit surtout de s’interroger avec lui sur les raisons qui l’on amené à fumer et de chercher à développer ses propres ressources.


A partir de quel âge peut-on parler du tabac à ses enfants ?

lionel Le tabac et les adolescents Poster un commentaire  

Les parents peuvent aborder la question du tabac avec leurs enfants à partir de 8 ou 9 ans. Mais il n’y a pas de règles valables pour tous. Ce qui compte avant tout, c’est d’avoir une attitude ouverte et de signifier clairement à l’enfant que ses parents sont prêts à en parler avec lui à tout moment s’il le désire.

 


Que faire si son enfant fume ?

lionel Le tabac et les adolescents Poster un commentaire  
  • Essayer de maintenir l’interdit à la maison et d’en expliquer la raison. L’interdit limite les occasions de fumer et permet de retarder l’installation de la dépendance. il pourra peut-être favoriser la décision d’arrêter de fumer.
  • Informer son enfant sur les aides possibles.
  • Lui proposer de consulter un médecin ou de prendre rendez-vous dans une consultation spécialisée en tabacologie (liste des consultations disponibles sur le site de l’Office Français de prévention du Tabagisme, www.oft-asso.fr).
  • Voir avec lui combien il dépense en cigarettes et ce qu’il pourrait s’offrir pour la même somme, s’il arrêtait de fumer.

Et bien sûr, maintenir le dialogue à tout prix.


Pourquoi les jeunes sont-t’ils attirés par la cigarette ?

lionel Le tabac et les adolescents Poster un commentaire  

Les méfaits du tabagisme restent éloignés des préoccupations des jeunes qui vivent au temps présent et ne se sentent pas concernés par la maladie ou la mort. Cette attitude est renforcée par le fait que la cigarette est un moyen de se sentir adulte, de rencontrer les autres plus facilement, de séduire, de tester l’autorité, de s’affirmer au près de leurs camarades, d’acquérir une place dans un groupe, etc. Elle peut être aussi un défi aux interdits imposés par les parents (« je fume si je veux! »). Il ne faut donc pas oublier que les arguments habituellement invoqués (la santé, par exemple) ne suffiront pas à convaincre un jeune de ne pas fumer.
Certains adolescents peuvent adopter une posture « moralisante », condamner vigoureusement le tabac, l’alcool ou les drogues, juger sévèrement les fumeurs ou les alcooliques. cela ne signifie pas pour autant qu’ils ne deviendront pas eux-mêmes consommateur de ces substances. La prétention à exercer une certaine maîtrise de soi et de son environnement est l’une des caractéristiques de l’adolescence. Davantage encore que les autres usagers, les jeunes sont persuadés de tout contrôler, notamment leur consommation de tabac (« J’arrête quand je veux! »).